La guerre civile aux USA

soldat américain devant le drapeau des usa

Les États-Unis figurent désormais parmi les pays les plus puissants au monde. Mais il fut un temps où son peuple était plongé dans une guerre chaotique. C’était entre 1861 et 1865 et c’était une guerre civile importante appelée aussi Civil War ou la guerre de Sécession. Bien qu’elle ait été très ravageuse, elle a tout de même abouti à plusieurs conséquences bénéfiques. On peut citer la consolidation des institutions américaines, mais aussi l’abolition de l’esclavage. Elle a également engendré la ruine du Sud. Malgré tout, cette guerre qui a duré quatre ans a totalement déchiré les USA et a fait 617 000 morts.

Découvrir les origines de la guerre de Sécession

L’origine directe de la guerre civile aux USA fut l’arrivée au pouvoir d’Abraham Lincoln en novembre 1960. C’était une élection qui opposait 4 candidats. À part Lincoln, il y a avait aussi John Bell de l’Union constitutionnelle. Le sudiste John C. Breckinridge était aussi dans la course. Et le dernier était le candidat démocrate Stephen A. Douglas. Même si le président Lincoln avait gagné, il n’avait pas fait l’unanimité. Les opinions des Américains étaient très divisées. Les autres candidats prenaient également l’arrivée au pouvoir de Lincoln comme une menace directe. En effet, le Parti républicain a toujours adopté un concept antiesclavagiste depuis sa fondation en 1854. Certains de ces discours électoraux semblent menacer indirectement les gens du sud. À vrai dire, les propos du nouveau président de l’époque remettaient en question l’esclavage. Pourtant, c’est la base de toute la vie des sudistes. Ils considèrent ainsi avoir tout le droit de quitter l’Union et de proclamer sécession.

Autres causes de cette guerre civile

En principe, une guerre peut avoir plusieurs origines : philosophiques, politiques, sociaux, religieux ou économiques. Mais cette lutte aux USA qui débutait en 1861 avait surtout été causée par deux grands facteurs.

  1. La lutte contre l’esclavage

Dans le temps, les États-Unis étaient divisés en deux. D’un côté, il y a avait l’industrie au nord qui n’arrêtait pas d’évoluer. Cela mettait fin petit à petit l’esclavage. D’un autre côté, la culture vivrière et l’export ont été la base de l’économie dans le sud. Les blancs riches dominaient encore les esclaves et les considéraient comme leur plus grand trésor. D’autant que l’apparition de certaines machines dans la production des cotons augmentait énormément les besoins en esclaves. Les débats sur l’esclavagisme avaient toujours engendré des conflits considérables aux États-Unis. Seulement, la tension a atteint son apogée suite à l’élection d’Abraham Lincoln à la présidence. Son programme anti-esclavage n’a pas du tout ravi les états du sud. En effet, les sudistes risquaient fortement de perdre leur influence au Congrès. Et c’était le cas.

  1. Le régime fédéral au cœur du problème

Une des causes de la guerre civile aux USA fut aussi la lutte au pouvoir des fédéralistes et anti-fédéralistes. En outre, la lutte au pouvoir a amplifié quand les affrontements entre les pro et anti esclavagistes ont commencé. Une fois la victoire prononçait, le commencement de la guerre n’était plus qu’une question de temps. Et le 15 avril 1861, les forces confédérées ont finalement lancé un premier assaut contre le gouvernement fédéral. À cet effet, Lincoln n’avait plus d’autre choix que d’entamer un appel aux armes.

Quelques détails sur le déroulement de la guerre

  1. Le début de la guerre

Quand les sudistes ont compris qu’ils ont perdu leur influence au Congrès, la guerre a déjà commencé. Le 20 décembre 1860, la Caroline du Sud était le premier à avoir annoncé une sécession et de ne plus appartenir à l’Union. Toutefois, Lincoln n’a pas encore cédé à leurs menaces. Mais quand ils ont fini par s’attaquer au gouvernement, le président républicain n’a pas eu d’autres choix de déclarer la guerre à son tour. Depuis le début, les confédérés ont bénéficié de l’aide de certains officiers qui provenaient de l’aristocratie des planteurs. Le plus connu d’entre eux était surtout Robert Edward Lee. Face à eux, l’Union était largement supérieure grâce au soutien des habitants, mais également le budget militaire.

  1. Vers la réussite des sudistes

Le premier affrontement a commencé le 21 juillet 1861 et se déroulait à Bull Run. Il faut avouer que les troupes sudistes étaient largement dominantes. Ils ont d’ailleurs remporté une victoire à Chancellorsville. Les anti fédéralistes étaient sous la directive des deux grands généraux Jackson et Lee qui appartenaient à l’armée du général Joe Hoocker. Le général Lee poursuivait alors son combat en allant en Pennsylvanie où ses troupes ont tout détruit sur leur passage.

  1. Un tout autre tournant

Même si les sudistes ont tendance à dominer durant la guerre civile, en mars 1864, un léger détail allait tout changer. À vrai dire, le président Lincoln a décidé de mettre au commandement de toute son armée le général Grant. Les affrontements étaient catastrophiques pour les deux camps. Or, il n’y avait pas encore d’issue décisive. Tout a basculé quand le général Ulysses Simpson Grant s’était emparé de la capitale du Sud : Richmond.

  1. Le triomphe de l’Union et la fin du cauchemar

Le 3 avril 1865, c’était la grande victoire de l’Union. Entre autres, quand le général Grant a pu conquérir Richmond et que le président des sudistes Jefferson Davis s’était enfuit. Lincoln a alors fait une entrée majestueuse durant laquelle il a été perçu comme un grand héro pour les blancs pauvres et les esclaves noirs. Le général Lee a encore tenté de se battre et de lutter, mais ses hommes étaient dépenaillés et affamés. Il s’est alors rendu auprès du général Grant afin de négocier des conditions favorables pour ses hommes.

Connaître le bilan de la guerre

La guerre de sécession avait duré quatre ans et son bilan était très lourd. Elle a entraîné la mort de 258 000 morts chez les confédérés. Le nombre était beaucoup plus élevé pour les vainqueurs avec 359 000 morts. Comme on parle de guerre civile, les victimes n’étaient pas juste des militaires. Il y avait également de nombreuses victimes civiles. Cette bataille engendra également des pertes matérielles jamais connues dans toute l’histoire des États-Unis. L’économie américaine a eu du mal à s’en remettre. À noter que les combats ont entraîné plus quatre millions de combattants pendant les quatre années.

Les conséquences sur le court et le long terme

Comme la principale cause de la guerre était la lutte contre l’esclavage, elle a été très positive. Effectivement, elle s’est terminée avec l’abolition de l’esclavagisme aux USA. Malgré tout, cela n’a pas été proclamé dès la victoire de l’Union. En fait, Lincoln avait pour priorité de garantir la préservation de l’Union. Pour tout dire, il y avait une stratégie politique dans la mesure où trois États qui priorisaient l’esclavage figuraient encore dans l’Union : Kentucky, Missouri et Maryland. L’objectif était que le gouvernement ne perde pas leur appui. Le président Lincoln avait alors lancé des mesures progressives pour interdire l’esclavage. Dans le District de Columbia par exemple, l’abolition de l’esclavage avait été prononcée en avril 1862. C’était en décembre 1865 que le 13ème amendement fut proclamé. Celui-ci évoque la suppression de l’esclavage dans tout le territoire de la république.

Par ailleurs, il était clair que l’interdiction de l’esclavagisme était très bien reçue, notamment par les esclaves eux-mêmes. Cependant, un très grand défi tombait sur les épaules du gouvernement. Cela se résume à une seule question : comment intégrer les esclaves dans la société américaine. Évidemment, personne n’avait prévu cette solution. Est-ce que les blancs riches peuvent accepter de vivre en toute égalité avec les esclaves noirs. Fort heureusement, les 14ème et 15ème amendements leur étaient bénéfiques puisqu’en obtenant leur liberté, les esclaves ont la protection de la loi américaine et ils avaient aussi des droits égaux. De surcroît, le Congrès avait créé en 1865 un bureau des réfugiés pour les esclaves qui ont été banni des plantations et se trouvaient sans travail. Ils pouvaient donc habiter dans des terres abandonnées.

Les risques d’une nouvelle guerre civile aux États-Unis

À chaque fois qu’il y a une élection présidentielle, les États-Unis semblent toujours menacés par une toute nouvelle guerre. Mais l’élection présidentielle de 2020 s’avère la plus menaçante. Pour tout dire, les Américains ne supportaient plus l’immunité présidentielle de Donald Trump. Mais après avoir mis les États-Unis à feu et à sang, son règne touche à sa fin. C’est le démocrate Joe Biden est maintenant au pouvoir. De son côté, Donald Trump refuse le résultat des urnes. Il tente alors d’organiser des manifestations pour empêcher le démocrate de gouverner. Même si le Parti démocrate ne soutient pas du tout cette obstination, l’ancien président reçoit des appuis de la pro-Trump dans sa quête.

Une fois de plus, les États-Unis se retrouvent dans une menace de guerre civile qui risque de survenir à tout moment. Les supporteurs de Donald Trump tout comme lui-même ne se sentent pas vaincus face à la victoire de Joe Biden. D’un autre côté, il y a le problème de racisme qui figure toujours dans la société américaine. C’est un sujet qui peut aussi enclencher la guerre civile aux États-Unis.